Un nouveau lieu de THÉÂTRE émergent ouvre ses portes à Montréal : AUX ÉCURIES


Montréal, le 23 janvier 2009


Le projet connu jusqu’ici sous le nom de Théâtre La Centrale inaugure ses activités de diffusion spécialisée et dévoile son appellation officielle — le Théâtre Aux Écuries (Bien que l’appellation officielle soit Théâtre Aux Écuries, en bon français il est bienvenu d’employer « les Écuries » ou « des Écuries » pour alléger le texte — à l’occasion d’une conférence de presse attendue par une foule enthousiaste. Le projet, porté à bout de bras par les artistes de sept jeunes compagnies associées depuis plus de trois ans, voit enfin le jour avec une première programmation audacieuse débutant le 4 mars 2009. Les Écuries s’installent le temps de ces activités dans une section de l’édifice du Théâtre des Deux Mondes, situé au 7285, rue Chabot, à Montréal (à quelques pas du métro Fabre). Aux Écuries est un centre de création en théâtre ; un incubateur où se façonnent les oeuvres mais aussi un lieu de dialogue pour les artistes et leurs concitoyens, par l’entremise de spectacles en gestation ou achevés.

D’ici son aménagement permanent dans l’édifice des Deux Mondes, Aux Écuries lance une programmation audacieuse et diversifiée, à l’image des desseins de l’organisme, afin d’inviter le public à découvrir et à fréquenter ce lieu de théâtre.

Du 4 au 17 mars 2009, la saison s’ouvre avec Paradixxx d’Olivier Choinière — connu du public notamment par ses célèbres déambulatoires urbains et ses textes Venise-en-Québec et La Félicité. Sur fond d’une séance de doublage de film porno, Choinière trace un portrait de nos désirs inavoués. Le spectacle s’adresse à un public averti, définitivement âgé de 16 ans et plus.

S’ensuit l’incontournable reprise du célèbre Ubu sur la table du Théâtre de la Pire Espèce : cinq représentations spéciales, du 25 mars au 2 avril, de cette création tant impertinente que délurée. La représentation du 27 mars fera en outre l’objet d’une double célébration : Ubu... suivi d’un cabaret clownesque, soulignant le 10e anniversaire de la compagnie.

Du 14 avril au 2 mai, Aux Écuries invite une jeune compagnie, la troupe DuBunker, à présenter sa nouvelle création Je voudrais (pas) crever, un texte de Marc-Antoine Cyr, mis en scène par Reynald Robinson. La pièce pose un regard sensible sur de jeunes trentenaires confrontés à la mort d’un ami. Une oeuvre théâtrale portée par le chant choral... et la chorégraphie d’un mobilier de maison.

En plus des spectacles, la saison artistique propose une série de lectures-événements dont le texte OEuvre de destruction de Marcelle Dubois (mis en lecture par Christian Lapointe, une présentation des Porteuses d’Aromates) et Peanuts, de Fausto Paravidino, orchestré par le Théâtre du Grand Jour qui réunit 12 étudiants de 2e année de l’École nationale de théâtre du Canada. Aux Écuries accueillera aussi deux lectures de textes inédits à l’intention du jeune public (de Simon Boulerice et Marc-Antoine Cyr) dans le cadre de la 8e édition du Festival du Jamais Lu. Enfin, Marilyn Perreault et Annie Ranger serviront des extraits de textes de spectacles du Théâtre I.N.K. en apéro inopiné de certaines représentations.

Aux Écuries et Les Deux Mondes fondent l’espoir qu’au terme de cette programmation et dans les meilleurs délais se réalisent les rénovations menant à la nouvelle architecture permanente du théâtre. Les travaux envisagés de quelque deux millions de dollars, permettront de doter le lieu d’un studio de création, de salles de répétition et d’espaces de bureau additionnels.

Source : Théâtre AUX ÉCURIES

JE VOUDRAIS CREVER / Je voudrais (pas) crever
Carnets de voyages

Pour en savoir plus sur Montréal
- calendriers culturels
Quoi faire à Montréal
• Calendrier Théâtre
Articles récents - Arts et culture, tourisme à Montréal

Guides touristiques Montréal
Guides de voyages et Livres d'histoire et de géopolitique au Québec
Recherches